^

Compte titres

Compte titres


Investissez sur les marchés boursiers avec le compte titres !

 

Privilégiez le long terme pour ce type d'investissement dynamique et risqué.

Plus souple que le Plan d'Epargne en Actions (PEA), le compte titres bénéficie cependant d'une fiscalité moins avantageuse.

 



Caractéristiques

Compte titres : Caractéristiques



Qu'est-ce que c'est ?


Le compte titres est un support qui permet d'investir dans des valeurs mobilières (actions, SICAV, FCP, obligations...) françaises, européennes ou internationales.

 

Le compte titres est toujours rattaché à un compte courant en espèces pour réaliser les opérations d'achats et de ventes et les versements de dividendes.

 

L'investissement sur les marchés financiers est risqué. Une bonne connaissance des risques encourus et des mécanismes est nécessaire avant de se lancer.

 

Il n'y a pas de dépôt minimum ni de plafond. Les versements sont libres.

 

Il est préférable de passer par un comparateur de courtiers en ligne pour connaître exactement le montant des frais de courtage qui sont généralement facturés. Finansemble.fr propose un comparatif très intéressant et simple d'utilisation.

 

 

Les plus-values sur valeurs mobilières

 

Les plus-values de cession (gains entre le prix moyen d'achat et le prix de cession) sont soumises à l'impôt sur le revenu depuis le 1er janvier 2013 et aux prélèvements sociaux (CSG + CRDS = 15,5 %).

 

Un abattement progressif (hors prélèvement sociaux) est cependant mis en place ; l'avantage fiscal dépend de la durée de détention des titres : 

  • 50 % pour des titres détenus plus de 2 ans et moins de 8 ans
  • 65 % pour des titres détenus plus de 8 ans

 

Les moins values réalisées sont à cumuler avec les plus values réalisées la même année. Ces moins values sont reportables sur les 10 exercices suivants.

 

 

Les revenus mobiliers : dividendes, revenus d'obligations

 

Les revenus mobiliers (dividendes, revenus d'obligations, ...) sont également soumis à l'impôt sur le revenu et aux prélèvements sociaux (prélevés à la source) après l'application d'un abattement de 40%.

 

Pour les actions, en plus des prélèvements sociaux de 15.5%, un acompte fiscal de 21% sera prélevé par l'établissement financier pour le compte du Trésor Public, à moins que le contribuable préfère lui envoyer avant le 30 novembre une attestation sur l'honneur comme quoi son dernier revenu fiscal de référence est inférieur à 50000€ (ou 75000€ pour un couple).

Cet accompte fiscal n'est pas libératoire et est en quelque sorte une avance de trésorerie. Si le taux marginal d'imposition du particulier est inférieur à 21%, le fisc lui devra de l'argent. Par contre, si son taux marginal d'imposition est supérieur à 21%, le particulier devra au Trésor Public la différence entre ces deux taux.

 

Pour les obligations et les OPCVM, en plus des prélèvements sociaux de 15.5%, un acompte fiscal de 24% sera prélevé par l'établissement financier pour le compte du Trésor Public, à moins que le contribuable préfère lui envoyer avant le 30 novembre une attestation sur l'honneur comme quoi son dernier revenu fiscal de référence est inférieur à 25000€ (ou 50000€ pour un couple).

 

Si le montant total des intérêts ne dépasse pas 2000€, vous pouvez opter pour un prélèvement forfaitaire libératoire de 24%.

Comme cela est libératoire, ces intérêts ne seront pas imposés à votre tranche maximale d'imposition sur le revenu. Ce choix est intéressant pour les ménages dont la tranche fiscale d’imposition est de 30% minimum. Sinon, il est préférable d’opter pour l’imposition sur le revenu. Cela ne concerne pas les dividendes sur actions.


Comment ça marche ?


Les établissements proposent généralement deux types de gestion : 

  • La gestion libre : cela nécessite de maîtriser les mécanismes des marchés boursiers. Les courtiers spécialisés et les banques traditionnelles proposent au titulaire du compte titres de gérer seul ses placements directement sur internet
  • La gestion sous mandat : la gestion est ainsi déléguée à un gérant qui vous informe régulièrement des opportunités et qui agit selon votre profil et les objectifs prédéfinis.

 

Le compte titres peut être détenu en nue-propriété ou en usufruit (le nue propriétaire détient le capital alors que l’usufruitier détient les dividendes d’un bien).

 

Les frais (droits de garde, frais de courtage et frais de tenue de compte) peuvent varier significativement d'un établissement à l'autre. 

Certains établissements spécialisés se rémunèrent exclusivement avec les frais de courtage. 

 

Les courtiers en ligne tels que, Binck, Boursedirect, Boursorama, Fortuneo, proposent les comptes titres les moins chers du marché. Le comparateur vous permettra de trouver votre bonheur.

 


Quelles conditions ?


Tout particilier, quelque soit sa nationalité et son lieu de résidence, peut être titulaire d'un ou de plusieurs compte titres dans le nombre d'établissements souhaités.

Il n'y a pas d'âge minimum.

Un compte-titre peut être individuel, joint (les deux personnes effectuent les opérations de manière indépendante) ou indivis (tous les titulaires doivent donner leur agrément pour la réalisation d'une opération).

 

La détention d'un compte titres nécessite une bonne connaissance des mécanismes boursiers et des risques encourus.


Les démarches ?


Muni d'une pièce d'identité, d'un justificatif de domicile de moins de 3 mois et d'un Relevé d'Identité Bancaire, vous pouvez ouvrir un compte titres auprès de l'établissement de votre choix.

 

Si vous souhaitez clôturer votre compte titres, il est nécessaire de solder ses positions (céder tous les titres détenus au sein du compte).

Vous devez demander à votre établissement, en général par écrit et en recommandé avec accusé de réception, de clôturer votre compte titres. La banque pourra ainsi, si ce n'est déjà fait, procéder à la liquidation de tous les titres détenus. 

 


Bon à savoir


Pour limiter votre niveau d'imposition, si vous avez réalisé des plus values en début d'année, il est conseillé de faire, en fin d'année, un vendu-acheté sur les titres qui enregistrent des moins values.

Ainsi ces moins values viendront réduire le montant des plus values, et votre base imposable sera plus faible, voire nulle !

 

Par contre, le montant des plus values étant rajouté à votre impôt sur le revenu, il n'est pas conseillé de faire cette manipulation quand votre tranche maximale d'imposition est très basse.



Nos offres du moment

Nos offres Compte titres du moment





Devenir Membre

Consultez les avis de la communauté.

Rajouter une personne sur mon assurance auto 6 réponses 8 April à 11:48
Fiscalité de l'assurance vie ? 9 réponses 6 September à 15:48
Quelle est la différence entre une assurance vie et une assurance décès ? 9 réponses 23 November à 21:35
A partir de quel montant doit on justifier l'origine du versement? 16 réponses 5 June à 14:57
Interdit bancaire ! Comment s en sortir ? 9 réponses 30 June à 22:54
Meilleur placement plaisir ? 35 réponses 28 December à 22:55
Remboursement credit logement ? 24 réponses 4 March à 13:01
Quelle sécurité avec le crowdfunding ? 6 réponses 29 November à 17:53
LIVRET A 3 réponses 1 September à 17:35
avez-vous un bon livre à me conseiller pour s'initier en bourse ? 3 réponses 21 November à 17:13




Découvrez vite le premier site de produits financiers : des offres exclusives pour vos produits bancaires et vos assurances, des conseils adaptés à votre situation, une offre de parrainage exclusive !

Copyright @2017 Finansemble.fr. Tous droits réservés. Avertissement légal.